TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES
MANDEMENT D'ASPREMONT.


ASPREMONT.

État ecclésial :

La paroisse d'Aspremont était sous le vocable de saint Pierre-aux-Liens. En 1516 une chapelle, dont je ne connais pas le titre, y était fondée; en 1708 il y existait une chapelle de Sainte-Catherine, peut-être la même que la précédente. Elle était sous le juspatronat du seigneur d'Aspremont. Le curé prenait le titre de prieur-curé; il était à la nomination de l'abbé d'Aurillac. Il existait à Aspremont un prieuré sous le titre de Notre-Dame de Suane. aujourd'hui Tuoux; il appartenait à l'abbaye de Saint-Géraud d'Aurillac et fut uni au prieuré d'Aspres-lès-Veynes, qui appartenait à la même abbaye.
Après les guerres de religion, l'église paroissiale d'Aspremont ayant été détruite, le service divin se fit pendant plusieurs années dans la chapelle du prieuré de Suane.
Les dîmes se partageaient entre le prieur d'Aspres-lès-Veynes et celui de Suane. Aspremont faisait partie de l'archiprêtré du Gapençais.

Ordres hospitaliers :

En 1372 la commanderie de Gap de Saint-Jean de Jérusalem possédait quelques terres à Aspremont.

Adminitration et Justice:

Aspremont dépendait de l'élection et de la subdélégation de Gap: le seigneur avait une juridiction particulière qui, au XVIIe siècle, s'exerçait à Veynes, avec appel au vibailliage de Gap

État féodal :

Jusqu'à la fin du XIIe siècle, Aspremont releva des comtes de Die; il appartint, au XIIIe siècle, à la famille Artaud de Montauban, sous la suzeraineté du Dauphin. La seigneurie inférieure appartint d'abord à une famille d'Aspremont ;

  • Albert d'Aspremont,1237
    Athénulphe, Pierre, Albert, Guillaume et Rostaing, 1297
    Aymon, 1313
    Jacques, 1374
    Antoine, 1400.
  • - En 1265 Guignes VII, dauphin, se repentant de s'être emparé de la grande partie de cette seigneurie, au préjudice de ses maîtres légitimes, la leur restitua.
    - En 1238 Bertrande de Valernol et Falcon de Veynes, son époux, vendirent, pour 6,000 sous, leurs droits sur Aspremont à Lambert de Montbrand, fils de Henri, dont les héritiers les revendirent pour 500 livres au Dauphin, en 1270.
    - En 1298 les coseigneurs d'Aspremont étaient, outre les membres de la famille d'Aspremont, Pierre de la Piarre, Guillaume de Hautvillard, Guillaume Sylve, Poncet de la Chaup, Bertrand de Valerne et Jean Millet
    - Le Dauphin ayant acheté, le 12 mai 1270, la plus grande partie de cette seigneurie à Raymond de Montauban et à Lambert de Montbrand, pour 500 livres, Jean II la donna, le 2 février 1315, à Robert Vaginard, l'un de ses familiers.
    - Robert eut deux fils, Hugonet et Pierre; le premier revendit, pour 2,000 florins sa part à Humbert II, vers 1340; le second eut un fils, nommé Jean qui fit hommage en 1345 et aliéna bientôt après sa seigneurie en faveur du Dauphin. Ce prince la vendit à François Frédulphi, de Parme, jurisconsulte et chancelier du Dauphiné, pour 1,200 florins, le 17 août 1345. Ce seigneur mourut sans alliance; Hugues Ruber et Paul Frédulphi, ses neveux, furent ses héritiers, 1360-1373
    - Guillaume et Jean Frédulphi, neveux des précédents, en héritent, 1399-1417

  • Philippine, fille de Guillaume, épousa Jean Sauret et testa en 1430
    Raymond Sauret, son fils, 1430
    Jean, 1453
    Raymond, son cousin, en hérite, 1476
    Antoine, 1495-1534
    Antoine, 1534-1550
    Claude, 1550-1560
    Claude, 1560-1582
    Françoise. sa soeur, épouse de Laurent Baile, en hérite, 1582
    Jacques Baile, 1641
    Antoine, 1641-1664
    Balthazard, 1664-1710
    Antoine, 1710-1748
    N. Le Pelletier la Garde, son gendre, 1748-1789.
  • Histoire:

    SAURET (Claude), seigneur d'Aspremont, l'un des plus brillants capitaines protestants. II fut chargé par Lesdiguières de défendre le bourg de La Mure contre le duc de Mayenne, à la fin de 1580, et s'acquit beaucoup de gloire par sa résistance acharnée. Deux ans plus tard il fut tué en duel à Montmaur par M. de la Villette, seigneur de Créyers, et sa mort fut sur le point de faire naître une guerre civile dans les Alpes.

    [Retour]