TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES
MANDEMENT DE LA BEAUME.

La Beaume

État ecclésial:

Dès 1235, cette paroisse existait sous le vocable de Notre-Dame. Dans la deuxième moitié du XIVe siècle, Isnard d'Agoult, seigneur en partie de la Beaume, y fonda une chapelle de Saint-Georges dont ses descendants conservaient le juspatronat. En 1516, outre cette chapelle il en avait dans cette église une autre de Saint-Magnus et deux dont le titre n'est pas connu. En 1616, il n'existait plus que trois de ces chapelles, et en 1708, deux autres de Saint-Michel et des Eyrauds étaient de création récente. En 1685, le curé était assisté d'un secondaire qui desservait le village de la Haute-Beaume
- Dés le XIIIe siècle, il y avait dans cette paroisse un prieuré, d'abord sous le titre de Notre-Dame du Puy, puis sous celui de Saint-Michel. Il appartenait à l'abbaye de Saint-Michel de la Cluse, règle de Saint-Benoit. Le prieur était collateur de la cure et décimateur de la plus grande partie de la paroisse qui dépendait de l'archiprêtré du Gapençais.

[Retour

Hôpitaux:

En 1403, il existait à la Beaume une maladrerie, transformée plus tard en hôpital, et qui a subsisté jusqu'à la Révolution. Ses biens ont été vendus, il y a peu d'années, au profit du bureau de bienfaisance

Administration et Justice:

A l'époque romaine, la Beaume était une station de la voie de Gap à Die par le col de Cabre (Gavra mons), et portait le nom de Cambonum
- Au moyen âge, le Seigneur majeur de la Beaume avait droit de haute et basse justice. Au XVIIe Siècle, il n'y avait plus dans cette terre que deux juridictions inférieures ;

Toutes deux étaient appelables au vibailli de Gap. La Beaume faisait partie de l'élection et de la subdélégation de Gap

[Retour

État féodal:

La Beaume comprenait deux fiefs distincts, la Beaume et la Haute-Beaume

  • coseigneurie :
    Roais, fille du dernier comte de Die, épouse d'Hugues d'Aix, 1176-1190
    Isoarde, leur fille, dame de la Beaume, épouse Raymond d'Agoult, vers 1200
    Raymond, leur fils, 1220
    0 ...... 1240
    Pons, 1212
    Isnard, 1286-1292
    Bertrand et Mabille, femme de Guillaume Artaud, 1307
    Raymond, 1320
    Geoffroy, héritier de sa grand'tante Mabille et fils de Raymond, 1322-1346
    Isnard et Bertrand, 1360-1380
    Geoffroy et Antoine, fils d'Isnard, 1408-1415
    Antoine, fils de Geoffroy, 1457
    François, 1491
    Barthélemy, 1520-1543
    François et Claude ; le premier vend pour 2,000 livres et 50 écus d'or, le 7 octobre 1577, une partie de son fief à Jean Perdrix dont il sera parlé plus loin, 1543-1577
    François, fils de François, 1600
    Antoine-René, 1650-1698
    Thomas, 1714-1720
    François-Henri, 1770-1789
  • Lionel, fils de Parceval, 1374
    Antoine, son cousin, en hérite, 1374
    Jacques, 1413
    François de la Piarre en hérite, 1422
    Antoine, son fils, 1458
    Pierre, 1462
    Pierre Perdrix l'achète vers cette époque et elle se confond avec la suivante
    Venue d'Antoine d'Agoult, fils d'Isnard, frère de Geoffroy, 1393-1413
    Sa veuve Marguerite Gruel est son héritière et porte sa seigneurie à Pierre Perdrix, son second mari; sa fille du premier lit, Antoinette d'Agoult, épouse Amieu Perdrix, fils de son beau-père, 1480
    Geoffroy, fils de Pierre, fait héritier Pierre, son neveu, fils d'Amieu, 1480-1514
    Barthélemy et Jean; ce dernier achète une part de seigneurie de François d'Agoult, 1534-1549
    Catherine, fille de Barthélemy, et héritière de Jean, épouse Louis Gandelin, 1587
    Alexandre, leur fils, 1594
    jean du Pilon lui achète sa seigneurie, 1594
    Henri et Alexandre, 1600
    Laurent, fils de Henri, 1650
    Isabeau-Françoise, sa fille, épouse François de Morges, 1674
    Georges de Bonivard-Mazet achète, 1674
    Louis, sa fille, épouse Joseph d'Estienne, 1712
    Henri-Balthazard, leur fils, 1774-1789
    coseigneurie était assise sur le hameau nommé aujourd'hui le Villard-la-Beaume et au XIVe siècle Roveria, de la famille de Rivière qui le possédait:
    Rolland de Rivière le donne, le 18 avril 1318, au prieur d'Aspres sous le cens d'une obole d'or.
    Il fut revendu peu après à Ferrand de Rosans qui le vendit au Dauphin, le 22 mars 1339
    Issue de Claude d'Agoult, fils de Barthélemy, frère de François, 1577-1589
    Gabriel, 1589-1604
    Aymar, 1544-1668
    Jean-François, 1700
    Étienne de Sigoin achète, 1730
    Étienne-Gabriel, 1751
    François, 1789
  • - Guigues et Parceval, ses fils, ce dernier achète la part de Bertrand d'Agoult, 1329-1372
    Laurent, fi1s de Guigues, 1340
    Lionel, fils de Parceval, 1374
    Antoine, fils de Laurent, 1374
    Jacques, 1413
    François de la Piarre en hérite, 1422
    Antoine, 1458
    Pierre, 1462
    Pierre Perdrix achète cette seigneurie, retombée dans le domaine delphinal, en 1453. Elle se confond avec la troisième
  • Jordan de Rosans, 1288 ; Giraud Humbert, Raybaud de Montbrand et Spata, sa soeur, en 1339; Jean de Montbrand, en 1372 ; Augustin de la Tour de Taillade, engagiste, 1717.
    Le Dauphin avait en outre conservé une part de cette seigneurie
  • [Retour

    Il est probable que cette coseigneurie dont j'ai perdu la trace, à cette époque, se fondit avec la précédente

    Histoire:

    - 1318, 27 mars, Jean II, dauphin, est à la Beaume
    - 1372, Bertrand d'Agoult, seigneur de la Beaume, furieux de ce que jean de Montbrand avait revendu au Dauphin quelques hommes qu'il lui avait vendus lui-même, le fait saisir et lui fait trancher la tête sous de vains prétextes, après un simulacre de jugement et malgré son appel. Le 4 avril, le conseil delphinal le condamne à 200 francs d'or d'amende envers les héritiers du mort
    - 1629, 4 mai, Louis XIII revenant d'Italie passe et séjourne à la Beaume.

    [Retour