TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES
MANDEMENT DE LA TERRE D’EMPIRE


[Retour]

Les paroisses de Bréziers et Rochebrune qui formaient ce mandement constituaient, au commencement du moyen-âge, un franc-alleu relevant directement des rois de Bourgogne, puis de l’Empire. En 1789, il restait encore des traces de cet ancien état de choses ; les habitants de cette petite circonscription territoriale ne payaient aucun impôt, ils étaient exempts de la milice et soumis seulement à la capitation et aux vingtièmes.

BRÉZIERS & ROCHEBRUNE

État ecclésial:

Les paroisses de Bréziers et de Rochebrune n’en formèrent, jusqu’au XVIIe siècle, qu’une seule sous le vocable de saint Marcellin.
- Brézière: En 1516, il y avait dans cette église des chapelles sous le titre de Sainte-Catherine et Sainte-Anne; elles existaient encore en 1742 et le curé jouissait de leur revenu. En 1783, le clergé paroissial se composait d’un curé, prenant le titre de prieur, et d’un vicaire. Le curé était à la nomination de l’archevèque qui partageait la dîme avec lui.
- Rochebrune: Cette paroisse n’existait pas encore en 1516; elle fut créée au XVIIe siècle, sous le vocable de saint Julien, et pourvue d’un curé amovible. Il n’y avait dans cette église aucune chapelle payant décimes; l’archevêque était collateur de la cure et décimateur de la paroisse.

Ordres hospitalier:

Lors de la création de la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem de Gap, à la fin du XIe siècle, il lui fut donné quelques terres à Biéziers. On les unit ensuite à la petite commanderie de Remollon : elles avaient été aliénées avant 1667.

Hôpitaux:

Au XVIIe siècle, il existait un petit hôpital à Bréziers ; peut-être, par suite de quelque accord, avait-il été fondé avec les biens qui avaient appartenu à l’ordre de Saint-Jean.

Administration et Justice:

- Bréziers ne formait qu’une seule communauté avec Rochebrune ; deux des consuls étaient choisis parmi les habitants de Bréziers et un parmi ceux de Rochebrune. Ces paroisses en vertu d’anciens privilèges impériaux, ne faisaient partie d’aucune élection et ne payaient aucune taille. Elles dépendaient judiciairement des châteaux épiscopaux et administrativement d’Embrun

État féodal:

- Possédés avant 1155 par le comte de Provence, Bréziers et Rochebrune appartinrent à partir de cette époque, à l’archevêque d’Embrun ; cependant on y trouve quelques seigneurs particuliers, soit par suite d’aliénations, soit par suite d’une possession plus ancienne. Voici les noms de quelques-uns d’entre eux :

  • - Isnard de Beaufort, 1280
    - Guigues de Bréziers, mort en 1300
    - Ripert, 1309
    - Guillaume, 1370
    - Bompart, 1440
    - Pierre, 1480
    - Jean et Bompart, 1512
    - Jean Bernard, 1617.
  • Histoire:

    - 1155, Raymond-Bérenger donne Bréziers et Rochebrune à l’archevèque d’Embrun.
    - 1138, cette terre est donnée par Raymond-Bérenger, en douaire, à sa femme Béatrix de Savoie.
    - 1447, elle est unie au Dauphiné.

    Monnaies:

    - L’archevêque d’Embrun avait, si l’on en croit la tradition, un atelier monétaire au château de Beaufort, près de Bréziers, mais ce fait n’est pas démontré.

    [Retour]