TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES
MANDEMENT DE GUILLESTRE

Ce mandement composé, au XVIe siècle, de quatre communautés, n’aurait formé, si l’on en croit la tradition, qu’une seule paroisse et une seule communauté jusqu’en 1330. Cela est fort douteux, du moins quant aux paroisses : il y avait déjà des églises à Guillestre, Ceillac et Risoul en 1118 et
les églises de Notre-Dame et de Saint-Marcellin de Vars existaient en 1321.

[Retour

CEILLAC:

État ecclésial:

;La paroisse de Ceillac existait déjà en 1118, le pape Gélase II en confirma le 20 décembre cette année les dîmes au monastère de Saint-André d’Avignon, de l’ordre de Cluny. Les fonctions curiales se faisaient, au XVIe siècle, dans deux églises, celles de Sainte-Cécile de, la Clapière et de Saint-Sébastien de Ceillac, cette dernière de création plus récente que l’autre. La cure était à la collation de l’archevêque d’Embrun; les dîmes étaient partagées entre l’abbaye de Saint-André d’Avignon et le chapitre d’Embrun. Il n’y avait aucune chapelle payant les décimes dans cette paroisse, mais deux chapelles de Sainte-Anne, et de Saint-Claude, sans revenus, paraissent de fondation ancienne.

Administration et Justice:

Voir plus loin à Guillestre.

État féodal:

Même remarque.

Industrie et Commerce:

1524, 3 juin, les mines de Ceillac sont albergées par le Dauphin

Histoire:

1737, un incendie dévore Ceillac.

Biographie.

FOURNIER (Marcellin), né vers 1590, mort à Bourg vers 1660; jésuite, professeur au collège d’Embrun (1628.), auteur  d’une histoire manuscrite des Alpes maritimes et cottiennes. Malgré d’innombrables erreurs et des lacunes considérables, elle mériterait d’être publiée. Un historien de valeur, M. Fabre, dans ses Recherches sur les pèlerinages des rois de France à Notre-Dame d’Embrun, a voulu contester le nom et le lieu de naissance de Fournier; il le nomme Fornier et le fait naître à Tournon. Fournier et Fornier sont absolument la même chose au XVIIe siècle, l’orthographe des noms propres n’étant pas encore absolument fixée à cette époque. Fournier est dit Tournonois dans une note relativement récente inscrite sur le manuscrit original de son histoire, conservé dans la bibliothèque de Lyon ; mais une tradition constante, le nom de Fournier très répandu à Ceillac, le prénom de Marcellin, qui est celui du patron du diocèse d’Embrun, enfin le fait même d’avoir écrit l’histoire de ce diocèse, sont des preuves de son origine embrunaise, et confirment à cet égard les affirmations de Guy-Allard et du curé, Albert.

[Retour


NOTA BENE:

Gallica bibliothèque numérique de la bibliothèque nationale de France

1. Monographie en mode image Histoire générale des Alpes maritimes. Tome 1er / par le R. P. Marcelin Fornier,... ; publié par l’abbé Paul Guillaume,.. ; [Continuation par Raymond Juvénis et Antoine Albert, avec appendice et table générale.]




Voir la notice Consulter la notice

2. Monographie en mode image Histoire générale des Alpes maritimes. Tome 2 / par le R. P. Marcelin Fornier,.. ; publié par Paul Guillaume ; [Continuation par Raymond Juvénis et Antoine Albert, avec appendice et table générale.]




Voir la notice Consulter la notice

3. Monographie en mode image Histoire générale des Alpes maritimes. Tome 3 / par le R. P. Marcelin Fornier,... ; publié par l’abbé Paul Guillaume,... ; [Continuation par Raymond Juvénis et Antoine Albert, avec appendice et table générale.]




Voir la notice Consulter la notice