TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES
MANDEMENT DE L'ÉPINE


L'ÉPINE.

État ecclésial :

La paroisse de l'Épine était placée sous le vocable de Notre Dame de Beaulieu. En 1686, nous y trouvons deux chapelles sous le titre de Saint-Joseph et du Saint-Esprit. Un petit prieuré de l'ordre de Cluny avait été fondé à l'Epine; en 1330 il dépendait de Lagrand, plus tard il fut uni à celui de Rosans. Le prieur était décimateur de cette paroisse qui dépendait de l'archiprêtré du Rosanais.

Adminitration et Justice:

L'Épine faisait partie, au XIVe siècle, du bailliage du Buis, et, au XVIIe, du bailliage de Gap, de la subdélégation du Buis et de l'élection de Montélimar, quoique séparé de cette dernière ville par des paroisses qui ressortissaient à l'élection de Gap.

État féodal :

Une famille de l'Épine possédait. au XIIIe siècle, la plus grande partie de cette seigneurie,

  • Metchior de l'Épine, 1239
    Richau, 1274
    Rostaing, 1298
    Raymond et Amédée, 1317-1330
  • La famille de Morges se substitua peu à peu à elle dans cette terre;

  • Barthélemy de Morges était coseigneur de l'Épine en 1300
    Augier en 1320
    Guigues, seigneur de toute la terre de l'Épine, 1332-1350
    Guillaume, 1361- 1373
    Aymar et Guillaume, ses fils, 1373-1380
    Charles, 1413
    Raymond, 1417-1426
    Claude, 1426-1440
    Jean, 1454-1464
    Antoine, 1491-1528
    Jean, 1542-1579
    Jacques, 1579-1621
    Jean-Balthazard, 1633-1660
    François, 1695-1732
    Claire, sa soeur, épouse d'Alphonse de Clermont-Chatte, 1732
    Charles-Balthazard, leur fils, 1732
    François-Ferdinand, 1732-1740
    Louis de Caillabot-la-Salle, mari de Charlotte de Clermont-Chatte, 1779-1789
  • Quelques autres coseigneurs eurent à différentes époques des droits sur l'Épine; nous trouvons entre autres:

  • Bernard de Lesches, 1246
    Osasica, qui cède ses droits au Dauphin vers 1210
    Le Dauphin les cède à Raymond de Mévouillon, 1251
    Rostagnet de Rousset, seigneur de la moitié de l'Épine, 1974
    Agoult de Baux, 1324
    Guillaume Auger, 1325
    Raymond de Montauban, 1331.
  • [Retour]