TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DE MANTEYER.

LA FREISSINOUSE

État ecclésial:

Il n'y avait aucune paroisse à la Freissinouse en 1516, mais seulement deux chapelles de Notre-Dame et de Saint-André, dépendant toutes deux de la paroisse de Manteyer. Il est certain cependant qu'antérieurement il y eut dans cette communauté, non seulement une, mais deux paroisses sous les vocables de Notre-Dame et de saint André. En 1245, cette dernière existait encore. On tenta vainement, à plusieurs reprises, au XVIIe siècle, de faire ériger une paroisse à la Freissinouse ; vers le milieu du XVIIIe siècle on accorda un desservant à la chapelle de Saint-André, peu d'années avant 1789 on y installa un curé. Il était à la nomination de l'évêque de Gap ; l'ordre de Malte et le chapitre de Saint-Arnoul étaient décimateurs de cette paroisse qui dépendait de l'archiprêtré du Gapençais. Les Chartreusines de Berthaud possédèrent à la Freissinouse une petite terre nommée Quint qui leur avait été donnée le 17 novembre 1226 par Arnaud Flotte et confirmée le 6 octobre 1270 par son fils Osasica, en compensation de certaines violences exercées contre leur maison.
Après la suppression de la maison de Berthaud, les Chartreux de Durbon héritèrent de ce domaine.

Ordres hospitalier:

Vers 1100, l'ordre de Saint-jean de Jérusalem reçut en don l'église Notre-Dame de la Freissinouse et les dîmes qui y étaient attachées. En 1667 il possédait encore la juridiction et les dîmes de cette portion de communauté et y percevait quelques censes.

Administration et Justice:

Notre-Dame de la Freissinouse dépendait du vibailliage de Gap, Saint-André, du seigneur de Manteyer qui y possédait une juridiction s'exerçant à Gap avec appel au vibailliage. Les Chartreux de Durbon avaient une juridiction particulière pour la terre de Quint qui leur appartenait; elle s'exerçait également à Gap dans les mêmes conditions que la précédente. En 1346, l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem avait un juge à la Freissinouse. La Freissinouse faisait partie de la subdélégation et de l'élection de Gap.

État féodal:

Notre-Dame-de-la-Freissinouse appartenait à l'ordre de Malte; le 19 juin 1298, Guillaume Auger lui donna, en outre, pour la part d'héritage de Françon d'Oze, chevalier de Saint-Jean, son frère, tout ce qu'il possédait dans Saint-André de la Freissinouse. Pendant les guerres de religion, cette seigneurie fut usurpée par quelques membres de la famille de Castellane ; elle avait été restituée avant 1667
- Saint-André de la Freissinouse appartenait aux seigneurs de Manteyer dont on trouvera la liste à l'article suivant.

[Retour]