TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES



MONTJAY.

État ecclésial :

- Cette communauté formait deux paroisses, Montjay et Vaucluse.

  • La paroisse de Montjay était sous le vocable de saint Martin de Tours; il n'y avait aucune chapelle fondée dans cette église.
  • Cette paroisse, beaucoup moins ancienne que la précédente, existait cependant déjà au milieu du XIVe siècle; elle était sous le vocable de sainte Marie.
  • - En 1751 le curé de Montjay prenait le titre de prieur-curé et devait entretenir le secondaire de Vaucluse, ce qui démontre qu'à cette époque il n'y avait plus de cure dans ce village, mais un simple vicaire. Le prieur de Saint-André de Rosans, le prieur-curé de Montjay et l'ordre de Saint- Jean de Jérusalem se partageaient les dîmes de Montjay qui faisait partie de l'archiprêtré du Rosanais.

    Ordres hospitalier :

    - L'ordre de Saint- Jean de Jérusalem possédait quelques terres à Montjay; le 27 juillet 1560 le commandeur de Gap en fit hommage au Dauphin; elles avaient été aliénées au XVIIe siècle.

    Administration et Justice:

    - Comme à Chanousse.

    État féodal :

    - La famille de Mévouillon posséda jusqu'en 1317 le haut domaine de Montjay; le Dauphin l'ayant acquis cette année-là, le céda, le 3 décembre 1322, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, mais il ne tarda pas d'en reprendre possession.

  • Le Dauphin possédait, avant 1216, une part de la seigneurie de Montjay; il en acheta une seconde pour 8,000 sous viennois à Guillaume de Montjay, fils d'Albert, le 28 mars 1246. Il l'inféoda, sous réserve d'hommage, à Albert de Montjay, fils de Geoffroy. le 5 décembre 1296
    Albert de Montjay, 1297
    Les héritiers de Bertrand et Lagier de Montjay, 1322.
  • Cette part, évaluée à la moitié de la seigneurie, revint, vers cette époque, entre les mains du Dauphin.

  • Le reste appartenait, au XIIIe siècle, à la famille de l'Épine
    Marchon de l'Épine, 1235
    Richau, 1274
    Jordan de Rosans, 1282
    Raymond de l'Épine, 1317-1320
    Léonard de Amorosio l'acquiert, 1320
    Barthélemy, son fils, acquiert en outre ta part du Dauphin, 1328 1331
    Dragonet et Sybille, femme de Baudon de Mévouillon-la-Chaup, ses enfants, 1362-1380
    Pierre de Mévouillon-la-Chaup, héritier de Sybille, 1395-1413
    Pierre Baudon de Grolée-Mévouillon, héritier du précédent, 1413-1421
    Pierre, son fils, 1425
    Aymar, 1466
    Antoine, 1495-1520
    François d'Agoult, seigneur de Chanousse, l'achète, 1520
  • A partir de cette époque la succession des seigneurs est la même à Montjay qu'à Chanousse, avec cette différence qu'en 1661 Antoine-René d'Agoult vendit cette terre à Étienne Cruel, avec faculté de rachat dont il ne tarda pas à user.
    Un petit fief nommé l'Hommage existait dans le territoire de Montjay François Marin et Telmon Lieutard en étaient seigneurs en 1392; il se confondit bientôt avec la seigneurie principale.
    Vaucluse formait également un fief particulier Charles d'Anjou, comte de Provence, le donna, le 30 avril à l'abbaye de l'Ile-Barbe.
    Cette abbaye l'aliéna au commencement du XIVe siècle et la famille de Morges en fit l'acquisition. Il fut confisqué par le Dauphin en 1392 sur Guillaume de Morges, pour crime de félonie, et donné à Guillaume de Mévouillon; il se confondit alors avec la seigneurie principale; sa valeur était de 60 livres tournois au XIVe siècle. En 1270, Mathelin de Pommerol avait prêté hommage pour une partie du fief de Vaucluse. En 1734, le seigneur de Ribeyret en possédait une part.

    Histoire:

    En 1737 Thomas d'Agoult, seigneur de Montjay, fut victime d'un assassinat commis dans des circonstances horribles et qui donna lieu à un émouvant procès criminel.

    [Retour]