TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES


[Retour]

MANDEMENT D'ORPIERRE.

ORPIERRE:

État ecclésial

- La paroisse d'Orpierre sous le vocable de saut Julien remonte au moins au XIIe siècle. En 1516, il y avait quatre chapelles fondées dans cette église; elles existaient encore en 1708, mais alors unies à la cure. Le curé prenait le titre de prieur de Saint-Martin et de Notre-Dame des Grâces et percevait la majeure partie des dîmes de sa paroisse qui était à la collation du prieur de Lagrand.
Un peut prieuré rural sous le titre de Saint-Vincent existait dés le XIVe siècle dans le territoire de cette paroisse: une chapelle de Saint-Jean-Baptiste en dépendait. Il appartenait au prieuré conventuel de Lagrand et fut détruit pendant les guerres de religion. Orpierre faisait partie de l'archiprêtré du Rosanais.

Hôpitaux :

- Un hôpital existait à Orpierre où passait la route la plus fréquentée du Mont-Genèvre au Comtat-Venaissin. Cette maison hospitalière subsistait encore en 1745.

Protestants :

Orpierre fut un foyer très actif de propagande protestante dans les Alpes. En 1561, les Huguenots s'y assemblaient déjà pour prier, mais leur église ne fut vraiment organisée qu'à la fin du XVIe siècle. Le temple d'Orpierre fut détruit ensuite d'un arrêt du conseil du roi du 9 avril 1685.

- Hugues Mathieu, 1586-1591
- François de Jarry,1596
- Jean-Antoine Javel, 1600-1605
- Josias Montagne, 1607-1612
- Isaac Féraud, 1613-1622
- Charles du Suau-la-Croix, 1626-1646
- Jean Chérubin, 1646-1651
- Jacques Maréchal-la-Croix, 1656-1679
- Jean Thiers, 1683-1684
- Salomon Galliffier, 1684-1685.

Administration. et Justice :

La terre d'Orpierre fit partie du bailliage des Baronnies jusqu'en 1317; le 10 février 1334, Humbert II, dauphin, l'ayant donné au seigneur d'Orange, ce nouveau possesseur y établit un magistrat qui y rendait la justice en son nom. En 1700, le roi d'Angleterre, comme héritier des princes d'Orange, nomma pour la dernière fois un juge à Orpierre pour trois ans. Le prince de Conti ayant été mis l'année suivante en possession des biens du roi d'Angleterre en France, les vendit le 10 juin 1703. au roi, et Orpierre fut uni au vibailliage de Gap et à l'élection et à La subdélégation de cette ville. Les sentences du juge du prince d'Orange ; Orpierre pouvaient être déférées en appel au parlement de Grenoble; le parlement établi à Orange au milieu du XVe siècle et supprimé en 1703, n'avait aucune juridiction à Orpierre.

État féodal

Orpierre appartint d'abord à la branche des seigneurs de Mévouillon qui possédaient Serres (voir cet article), sous la suzeraineté des comtes de Provence. Vendu au Dauphin par Galburge de Mévouillon, le 11juin 1264, il fut cédé par celui-ci, avant 1295, à Bertrand de Taulignan. Ce seigneur et Catherine, son épouse, le revendirent au Dauphin moyennant 1.300 livres, une pension de 700 et la terre de Chanousse. Le 16 octobre 1298, Guigues VIII le donna en apanage à son frère Humbert, le 29 juin 1329, et celui-ci, une fois monté sur le trône, l'inféoda à Jean de Châlons, seigneur d'Orange, le 10 février 1334. Cette terre passa ensuite dans la maison de Nassau par le testament de Philibert de Chalons qui fit héritier en 1502 son neveu René de Nassau. Les descendants de ce dernier possédèrent Orpierre jusqu'à Guillaume III qui devint roi d'Angleterre en 1689 et mourut en 1700. Une foule de compétiteurs se disputèrent son héritage: le roi de Prusse, le prince de Nassau-Frise, le marquis de Nesle, le maréchal d'Allègre et enfin le prince de Conti. Ce dernier fut mis en possession provisoire par arrêt du 28 mai 1702 et vendit cet héritage an roi de France le 10 juin 1703. Le roi de Prusse renonça à ses droits par le traité d'Utrecht (1713), et le prince de Nassau-Frise reçut la même année une indemnité pécuniaire en échange de la renonciation à ses prétentions. Le roi de France n'ayant pas rempli ses engagements vis-à-vis le prince de Conti, celui ci demanda, en 1718, à être remis en possession des terres qu'il avait cédées; il l'obtint, et lui et ses héritiers jouirent d'Orpierre jusqu'en 1731. A cette époque, la princesse douairière de Conti, au nom de son fils mineur, renouvela l'échange de 1703, c'est-à-dire qu'elle céda les terres qui avaient dépendu de la couronne d'Angleterre au roi de France, moyennant des seigneuries d'une égale valeur ou une rente annuelle de 80,000 livres. En 1758, le prince de Conti voulut réclamer contre cet échange comme ayant été fait par une tutrice qui n'en avait pas le pouvoir, mais avant le procès il intervint une nouvelle transaction confirmative.
- Plusieurs familles nobles d'Orpierre ou des environs se qualifiaient de coseigneurs d'Orpierre dont elles possédaient de petites portions telles que les moulins ou les fours banaux qui leur avaient été inféodés au XVIe siècle par le prince d'Orange.

  • Balthazard, 1600-1620
    Paul, l625
    Jacques, 1630
    Samson, 1650-1679
    Alexandre, 1706
    Jacques, 1750
    François-Alexandre, 1789;
  • Samson, sieur de la Motte, 1660-1706
    Samson, son neveu, teste en 1726
    Jacques, 1760;
  • André, sieur de Fontfréde, 1625-1692
    Pierre, 1722-1755;
  • Charles, 1647
    Jacques-Marie, 1686-1700
    Victor, 1750
    Isidore-Étienne, 1770-1789.
  • Industrie et Commerce :

    1431, 26 juillet, le gouverneur du Dauphiné concède à Pierre Disdier, Jacques Jordan et N. Clair les mines d'or, argent, cuivre et plomb d'Orpierre, moyennant le quinzième pendant les trois premières années et le dixième ensuite.
    - 1610, Philippe-Guillaume de Nassau, donne aux habitants les moulins banaux de la seigneurie.

    Histoire :

    - 1317, 15 août, Jean II, dauphin, y passe.
    - 1561, décembre, des inconnus saccagent l'église d'Orpierre ; les protestants d'Orpierre protestent ainsi que les catholiques devant le juge contre cette violence .
    - 1562, prise d'Orpierre par les protestants; 2 septembre, les troupes protestantes battues à Lagrand se réfugient à Orpierre avec Montbrun, leur chef; la Beaume-Suze et les catholiques les y poursuivent et les en expulsent.
    - 1573, avril, les protestants s'emparent de nouveau d'Orpierre.
    - 1628, 17 mai, les protestants dauphinois partisans du duc de Rohan se saisissent d'Orpierre.
    - 1633, le château est démoli par ordre de Richelieu.

    [Retour]