TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DU PUY-SANIÈRES

Quoique distinct du mandement de Savines celui du Puy-Sanières lui fut uni en fait au point de vue féodal à partir de 1530, époque à laquelle les seigneurs de Savines héritèrent de la majeure partie de cette terre.
[Retour]

LE PUY-SANIÈRE:

État ecclésial:

Il est de tradition qu'au moyen-âge il y avait au Puy-Sanières une église paroissiale sous le vocable de saint Pierre qui servait également pour le village voisin du Puy-Saint-Eusèbe (mandement de Savines).
Cette église ayant été ruinée aurait été transférée au Puy-Saint-Eusèbe de telle sorte qu'il n'y aurait plus eu de paroisse dans le mandement du Puy-Sanières.
Ces évènements seraient en tous cas antérieurs à 1516, car à cette époque le Puy-Sanières dépendait du Puy-Saint-Eusèbe.
Les ruines d'une chapelle de Saint-Peyle (Saint-Pierre) existent encore dans le territoire du premier de ces villages.
Au XVIIe siècle il y eut deux curés au Puy-Saint-Eusèbe et l'un d'eux desservait le Puy-Sanières; au XVIIIe siècle ce second curé fut remplacé par un vicaire dont la nomination appartenait à l'abbé de Boscodon. Cet abbé et l'archevêque d'Embrun se partageaient la dîme de la paroisse.

Administration et Justice:

Le seigneur avait une juridiction qui s'exerça à partir du XVIIe siècle à Embrun avec appel au vibailli.
Administrativement le puy-Sanières dépendait d'Embrun.

État féodal:

Le Dauphin possédait une moitié de cette terre; l'autre appartenait à des seigneurs particulier dont voici la liste:

  • Guigues Agni, 1210-1234
    Raymond, 1247
    Pierre, 1256
    Guillaume, 1258-1266
    Giraud, 1315
    Angélique, épouse de Guillaume Abrivat, 1330-1334
    Philippe, leur fils, 1334-1345
    Marguerite, leur fille, épouse en premières noces Ospinelli Lubérati et en secondes, Guillaume d'Embrun, 1347
    Antoine d'Embrun, 1360-1415
    Antoinette, sa fille, épouse Antoine de la Villette, 1415-1477
    Martin, leur fils, fait héritiers en 1530 Jean de Naveisse pour un quart et Benoît de la Font de Savines pour un autre quart; d'où deux coseigneuries:
  • Histoire:

    Si on en croit la tradition, un immense éboulement aurait détruit le village principal du Puy-Sanières; peut étre faut-il placer cet évènement au XVe siècle.

    [Retour