TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DE ROMETTE

Ca mandement n'en faisait qu'un seul, au commencement du moyen âge, avec celui de la Rochette; la division de ces deux seigneuries date du 14 novembre 1303.


ROMETTE (Rattachée à Gap le 1er janvier 1975)

État ecclésial :

- En 739, Abbon donna, par son testament, Romette à l'abbaye de la Novalaise. Vers 940, Guigues, comte d'Alban, donna Romette à l'ordre de Cluny; en 1027, cette donation fut confirmée. Cluny y fonda un prieuré sous le titre de Saint-Pierre. D'abord uni à l'abbaye de Saint-Victor, de Marseille, au XIIe siècle, il fut donné à l'abbaye de Bréma, diocèse de Parie, comme une ancienne possession de la Novalaise; Urbain V, par une bulle du 1er mai 1356, la rendit de nouveau à Saint-Victor; malgré la promesse d'obéir à cette bulle faite dans un chapitre solennel, le 7 juillet 1367 par le prieur de Ramette et ceux de Veras, de Chabestan et de Saint-Bonnet, qui lui étaient soumis, la décision du pape ne reçut complète exécution que quatre-vingts ans plus tard, le 13 mai 1447. En 1317, il y avait quinze religieux à Ramette. Le 2 août 1289, Nicolas IV accorda à ce monastère une indulgence d'un an et quarante jours pour les fidèles qui fréquenteraient son église aux jours des fêtes de la Vierge et de saint Pierre, huit jours après, et à l'anniversaire de sa dédicace. En 1250, le 5 octobre, le prieuré était sous la sauvegarde du Dauphin; en 1321, le prieur fut obligé de reconnaître la suzeraineté le ce prince; en 1380, le prieuré avait un revenu de 300 florins d'or, il percevait la dîme de beaucoup de paroisses du Gapençais, et avait sous sa direction plusieurs prieurés inférieurs et plusieurs maisons hospitalières telles que celles du Mont-Genèvre et du Saint-Sépulcre de la Beaumette.

  • Bernard Martin, 1177-1178
    W....., 1183
    Raoul de la Roche, 1245; mort en 1252
    Guignes de Chabestan, 1259
    Français, 1300-1306
    Hugues de Saint-Genis, 1307
    Guy de Lens, 1311
    Roger de Montbrand, 1317-1336
    Étienne Aubert, évêque d'Ostie, cardinal de Saint-Jean et Saint-Paul, puis pape sous le nom d'Innocent VI, 1345-1352
    Roux de Roux, 1352
    Gentelme de Saint-Amand, 1359
    Jean Olerii, 1365-1367
    Pierre Flamenchi, qui fut abbé de Saint-Victor, 1382-1402
    Jean de Vitrolles, 1409-1429
    Antoine Allemand, 1455
    Antoine Guinimand, évêque de Digne, 1474-1513
    Guillaume Geoffroy, 1520
    Auguste Trivulce, évêque de. Bayeux et cardinal, 1543
    Jean de Baratier, 1556
    Français Malleveys, 1546-1597
    Jean-Paul Malleveys, 1572
    Jérôme Malleveys, 1590
    Jérôme Maloc, 1602
    Reynaud de Revillasc, 1623-1640
    Hugues de Ponnat, 1650
    Reynaud de Revillasc,v. 1660
    Reynaud de Revillasc, neveu du précédent, 1685
    Guillaume de Revillasc, 1699
    Claude de Pina, en procès avec Gaspard-Martin de la Garde, 1700-1710
    Louis de Poligny, 1710-1725
    Charles de Raffélis-Soissans 1726
    Jean-Baptiste Gavet, 1729
    Félix de Chevalier des Oches de Sinard, 1738-1743
    Antoine René de Bardonnèche, évêque de Vence, 1747-1783
    L'abbé de Ros, 1789
  • La paroisse de Romette était sous le vocable de saint Pierre comme le prieuré, le curé était à la collation du prieur, principal décimateur de cette paroisse. Jusqu'en 1516, elle avait fait partie de l'archiprêtré du Champsaur et fut uni à celui de Gap avant 1576.

    Administration et Justice : Romette dépendit, jusqu'au milieu du XVe siècle, du bailliage du Graisivaudan et de la châtellenie du Champsaur, puis fut uni à celle du Gapençais. Le prieur avait une juridiction particulière qui s'exerçait à Gap, au XVIIe siècle, avec appel au vibailli de cette ville. Remette faisait partie à cette époque de l'élection et de la subdélégation de Gap.

    État féodal :

    Le prieur de Romette en était également seigneur. Le Dauphin avait quelques droits seigneuriaux qu'il vendit à Honoré de Bonne avec ceux de la Rochette et de Montorcier pour 300 écus d'or, le 28 octobre 1521.

    Histoire :

    739, Abbon donne par son testament Romette à l'abbaye de la Novalaise
    Vers 940, Guigues, comte d'Albon, le donne à l'ordre de Cluny
    1235, 26 juin, Guigues-André, dauphin, y séjourne
    1245, 15 novembre, Guignes VII y passe
    1250, octobre, le Dauphin prend le prieuré sous sa sauvegarde
    1282, 26 octobre, Humbert Ier, dauphin, séjourne à Romette
    1320, Guignes de Morges, accompagné de six châtelains, un vice-bailli, trois chevaliers et d'une troupe armée, s'empare de Romette, l'incendie et maltraite les moines, pour les punir d'avoir refusé de reconnaître la suzeraineté du Dauphin. Il est excommunié avec ses compagnons; une transaction du 9 juillet 1321 pacifia ce différend
    1326, le 13 février; 1329, le 23 février et le 3 juin, Guignes VIII, dauphin, séjourne à Romette
    1339, 1er mars, Humbert II est à Romette
    1547, 25 janvier, les gens d'armes conduits en Italie par Pedro Navarro, irrités de se voir refuser les portes de Remette, y entrent de force et y mettent le feu qui dévore 23 maisons
    1563, 11 mars, le capitaine protestant Antoine Rambaud de Furmeyer s'empare de Romette et fait pendre la garnison ainsi que son chef, le capitaine Mongin. La garnison de Gap va au secoure de celle de Romette, elle est battue sur les bords du torrent du Buzon
    1572, avant le 10 septembre, Romette est brûlé par les protestants
    1574, 7 juin, une troupe de Gapençais est massacrée par Lesdiguières et quelques cavaliers qui l'accompagnent, sur le bord du torrent du Buzon.

    [Retour]