TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DE SAINT-GENIS


SAINT-GENIS

État ecclésial:

Dès le XIIe siècle la paroisse de Saint-Genis était sous le vocable du saint dont le village porte le nom; ce vocable fut changé plus tard; au XVIIe siècle l'église êtait sous le titre de Notre-Dame de l'Oche, et elle avait été ruinée pendant les guerres de religion. Le chapitre du Puy en Velay avait le juspatronat de cette cure.
- Dès 1152, au moins, l'abbaye de Montmajour, près d'Arles, possédait, à Saint-Genis, le prieuré de Saint-Léger et Notre-Dame de Laup-Jubeo (Alpis et Jobia] ; il fut soumis au prieur d'Antonaves, auquel il payait, en 1326, 4 livres, et, en 1330, 7 livres de censes. En 161l son revenu était de 200 livres, et provenait de quelques terres et d'une partie des dîmes de la paroisse qui lui appartenaient; l'autre portion des dîmes était perçue par le chapitre du Puy en Velay. Saint-Genis avait fait, jusqu'au XVIIe siècle, partie de l'archiprêtré du Gapençais; à cette époque il fut annexé à celui du Rosanais.

Administration et Justice:

Saint-Genis faisait partie du bailliage, de l'élection et de la subdélégation de Gap. Les seigneurs possédaient une double juridiction, l'une pour Saint-Genis, et l'autre pour le hameau de Laup-Jubeo; toutes deux s'exerçaient, au XVIIe siècle, à Cap, avec appel au vibailliage.

État féodal:

Saint-Genis était divisé en deux portions égales par deux coseigneuries : le siège de l'une était à Saint-Genis, Celui de l'autre à Laup-Jubeo.
- Saint-Genis: cette seigneurie appartenait, depuis le XIIe siècle, au chapitre du Puy en Velay, probablement par suite d'une donation des comtes de Provence ou de Foralquier.
Il la vendit au XVIIe siècle, car, en 1725, Jean-Antoine Flour était seigneur, de Saint-Genis, et en prenait par usurpation le titre de marquis ; son fils Louis-Baltazard lui succéda de 1761 à 1789.
- Laup-Jubeo : Raymond de Saint-Genis en était seigneur en 1209, puis elle tomba entre les mains des seigneurs du mandement voisin de Savournon.

- Alexandre de Rastel de Rocheblave se qualifiait de coseigneur de Saint-Genis en 1702,

[Retour]