TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DE TRESCLÉOUX


TRESCLÉOUX

État ecclésial:

- Avant 1075, il existait à Trescléoux deux églises sous le titre de Sainte-Marie et de Saint-Victor; en 1145, les églises étaient au nombre de trois, dédiées à sainte Marie, saint Michel et saint Clément. Au XVIesiècle, il n'y en avait plus qu'une, sous le vocable de sainte Marie ou de Notre-Dame de Bellevue; elle fut détruite pendant les guerres de religion, reconstruite en 1657 et consacrée alors à sainte Agathe.
- Le 21 août 1075, Ripert Géraldi, seigneur de Trescléoux, et Ripert, évêque de Gap, y fondèrent un prieuré en faveur de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille, qui le conserva jusqu'en 1789. Cette libéralité fut augmentée le 11 octobre 1094 par Ripert et Odila, sa femme, Guillaume, Ripert Géraldi, Pons et Ségura. ses enfants. Le prieuré rapportait 18 florins en 1494. L'abbé de Saint-Victor était collateur de la cure et décimateur de la paroisse qui faisait partie de l'archiprêtré du Rosanais. En 1516, il y avait dans cette église une chapelle de Saint-Jacques qui disparut pendant les guerres de religion.

Administration et Justice :

- Trescléoux était uni à Orpierre au point de vue administratif et judiciaire.

État féodal :

Ripert Géraldi, seigneur de Trescléoux, qui fonde en 1075 le prieuré de Trescléoux, disait tenir cette terre de ses aïeux.
Le haut domaine en appartenait au comte de Forcalquier en 1189; il acheta le tiers de ce fief à Gérard de Padernis pour 10,000 sous melgoriens, et le sixième à Albert de Montclus, beau- frère du précédent, pour 5,000 sous de la même monnaie, le 5 mars de la même année. De même qu'à Orpierre, à Ribiers, etc., les barons de Mévouillon avaient des droits à Trescléoux; Guillaume de Mévouillon-la-Chaup en était coseigneur en 1338.
La famille de Laborel y possédait également une coseigneurie; Rambaud de Laborel est coseigneur de Trescléoux en 1270.
Toutes ces seigneuries particulières furent peu à peu acquises par le Dauphin qui, le 10 février 1334, donna Trescléoux en même temps qu'Orpierre, au seigneur d'Orange.
Depuis lors, Trescléoux et Orpierre furent étroitement unis, eurent les mêmes seigneurs et suivirent les mêmes vicissitudes historiques.
Trescléoux était qualifié, de temps immémorial, de baronnie.

Histoire:

- 1316, 1er octobre, Jean II, dauphin, accorde aux habitants de Trescléoux une charte de privilèges; il leur concède la forêt de la Garenne et le droit de pêche.

[Retour]