TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES

MANDEMENT DE BAUCHAINE.


Le nom de ce mandement, écrit généralement fort mal à propos Beauchêne, vient de celui de la rivière du Buëch, Biochiurri ; vallis Biochiana, a fait vallée du Bauchaine. Il est à croire qu'il était, au XIIe siècle, beaucoup plus étendu qu'il ne le fut par la suite, et que les seigneuries de Montbrand, d'Aspres et d'Aspremont en faisaient partie. Quand elles en furent détachées, au commencement du XIIIe siècle, elles constituèrent des mandements particuliers. Jusque vers 1170 les comtes de Die eurent le haut domaine du Bauchaine; le Dauphin leur succéda peu après cette date, mais le comte de Forcalquier ou de Provence y avait également des prétentions auxquelles il ne renonça qu'à la fin du XIVe siècle. Les seigneurs du Bauchaine. prirent parfois le titre de barons. On trouvera à l'article de Saint-André tout ce qui est relatif aux seigneurs majeurs de cette terre.

AGNIELLES (rattachée à Aspres-sur-Buëch en 1933)

État ecclésial:

La paroisse d'Agnielles était, au XIIe siècle, sous le vocable de saint Michel, changé plus tard en celui de saint Philippe. Les Chartreux de Durbon étaient collateurs de la cure; ils percevaient les dîmes de cette paroisse concurremment avec le curé, qui prenait le titre de prieur-curé. Agnielles faisait partie de l'archiprêtré du Gapençais.

Administration et Justice:

Il n'est pas douteux qu'il n'y ait eu autrefois, jusqu'au XVIe siècle, une cour de justice pour le Bauchaine tout entier, et qu'Agnielles n'ait fait partie de cette juridiction. Au XVIIe siècle il n'existait plus trace de cette institution et Agnielles faisait partie du vibailliage de Gap, ainsi que de l'élection et de la subdélégation de cette ville

État féodal:

Agnielles n'avait pas de seigneurs particuliers, mais dépendait de la baronnie de Saint-André-en-Bauchaine. On voudra bien s'y reporter.

[Retour