TABLEAU HISTORIQUE DES HAUTES-ALPES


Embrun

Biographie:

- ALBERT (Jacques), né vers la fin du XIVe siècle, mort vers 1470; chanoine, puis prévôt du chapitre d’Embrun (1442-1464),  puis confesseur du roi Louis XI. Il fut envoyé comme théologien au concile de Constance, puis, par ce concile, comme légat à la reine Jeanne et à l’empereur de Constantinople, pour faire cesser le schisme. C’était un théologien instruit, un diplomate habile.
- ANTOINE (Antoine-Ignace), baron de Saint-Joseph, né le 21 septembre 1741, mort à Marseille le 23 juillet 1826; il fonda dans cette ville une importante maison de commerce, obtint de Louis XVI le titre de baron, fit une fortune immense; ses deux filles épousèrent les rois de Suède et d’Espagne.
- AUBERT (Jean); cet embrunais n’est connu que par le livre intitulé: le Voyage de Balarue qu’il fit imprimer en 1611 chez Rigaud, à Lyon. Ce volume est fort rare.
- BAILE (Jean), né vers 1400, mort en 1473, conseiller, puis procureur fiscal au conseil delphinal ( 1439-1455), premier président du parlement (1455-1461) ; n’ayant pas soutenu le dauphin Louis dans sa révolte contre son père, il fut destitué, exilé et ses bien furent confisqués.
- BAILE (Jean), fils du précédent, archevêque d’Embrun (1457-1494), participa à la haine que Louis XI portait à son père et fut forcé de s’exiler pendant plusieurs années. Il persécuta violemment les Vaudois et fit imprimer, en 1480, le premier bréviaire d’Embrun.
- BLANC (l’abbé), né à Caléyères, hameau d’Embrun, professeur au collège de cette ville, fit imprimer, en 1781 et 1787, deux  ouvrages de botanique aujourd’hui fort rares
- COMIERS (Claude) ,né vers 1600, mort à Paris en octobre 1693 ; prêtre, jésuite, théologien et mathématicien; il a écrit une foule d’ouvrages sans grande portée sur les sciences exactes. Il devint aveugle sur la fin de ses jours.
- ÉMÉ (Barthélemy), né vers 1500, mort en 1579, d’une famille de notaires de Molines en Queyras. Il fut d’abord vibailli d’Embrun (1535), puis président au sénat de Turin (1536), enfin maître des requêtes de l’hôtel du roi et mourut conseiller au parlement de Grenoble.
- GIRARD (Jean de); cet archevêque d’Embrun passe généralement pour être né dans cette ville; c’est une erreur, il était parisien
- JACQUES (Jacques), chanoine d’Embrun; il publia, de 1657 à 1673, quatre volumes de poésies à la fois morales et burlesques, intitulés: le Faut mourir, l’Ami sans fard, le Médecin libéral et le Démon travesti
- LA FONT DE SAVINES (Charles), né à Embrun le 17 février 1742, y mourut en 1814. Évêque de Viviers  depuis 1778, il adopta des premiers les principes de la constitution civile du clergé et fut nommé évêque constitutionnel en 1791. On l’arrêta comme suspect en 1793, il reprit son siège après le 9 thermidor, fut enfermé comme fou en 1802 et rétracta ses opinions avant de mourir. De la même famille étaient deux abbés de Boscodon, Étienne 1478 et Victor-Amédée 1712-1760, et Antoine, lieutenant général des armées du roi,  gouverneur d’Embrun et de Bergues, né en 1660, mort en 1748
- LAUTIER (Philippe de), né vers 1524, mort vers 1600; fut procureur général au parlement de Grenoble, puis président de la cour des monnaies de Paris, et laissa un manuscrit précieux sur les anciennes monnaies françaises: cet ouvrage fut imprimé par Haultin après sa mort
- MOREL (Jean), né en 1511, mort le 19 novembre 1581, élève d’Érasme, précepteur de Henri, duc d’Angoulème et grand prieur de France; il fut maréchal-des-logis et maître d’hôtel du roi, et l’ami de la plupart des hommes de lettres de son temps; lui et ses trois filles cultivèrent la poésie, mais aucune de leurs œuvres n’a été imprimée.